Continuer les achats

Accédez à mon panier

Addi chasse en pays Landais

* Champ obligatoire

Permis de chasse

Obtenir ma validation

Livre d'or

Aproche à Parentis en Born

L'ACCA de Parentis en Born ...

approche du chevreuil à Vielle-StGirons

Je garde de très bons souve...

bécasse

La bécasse est un oiseau forestier, migrateur, de mœurs solitaires en période hivernale ou en couple au cours du printemps. Des rassemblements de quelques individus sont possibles pendant les mouvements migratoires qui sont principalement nocturnes.
L’espèce fait son apparition dans notre département autour du 15 octobre, avec des pics de migration qui ont généralement lieu au mois de novembre. A cette période, on peut rencontrer la bécasse sur l’ensemble du département avec des variations qui peuvent être importantes d’une saison à l’autre, mais aussi, entre la zone forestière et la zone agricole. A partir de fin novembre et jusqu’au mois de février, les oiseaux s’installent en hivernage dans des remises diurnes boisées. La proximité de zones ouvertes, que les oiseaux regagnent la nuit, est primordiale pour leur alimentation et leur sécurisation. Ces déplacements crépusculaires quotidiens correspondent à la « passée ». Ils se déroulent dans des conditions d’horaires et de lieux très régulières, rendant alors l’oiseau très vulnérable. Toutes les recherches effectuées sur l’espèce montrent que cet oiseau est très fidèle à ses quartiers d’hivernage. De plus, la région de stationnement hivernal dépend d’un secteur de nidification donné.
Le Sud-Ouest de la France, et notamment la façade Atlantique, est concerné par des bécasses provenant de tous les pays situés au Nord-Est (de l’Allemagne à la Russie) car l’axe de déplacement est orienté Nord-Est/Sud-Ouest.


La reproduction de la bécasse des bois est principalement observée dans le Nord de la France (forêts humides des massifs montagneux) et en Europe septentrionale. Des nichées ont toutefois été identifiées dans le Nord-Est du département et le Sud de la Gironde, près de forêts galeries ou du ruisseau du Bez (Pays Morcenais). A l’ouverture générale, la rencontre de cette espèce est rare mais des mouvements erratiques probables, ayant pour but d’échapper à la sècheresse estivale, minimisent le nombre d’oiseaux nés dans la région. Les mouvements erratiques sont possibles, aussi bien en été qu’en hiver selon les conditions météorologiques, et notamment l’excès de sècheresse ou de froid entraînant le gel du sol pendant toute la journée. Si la bécasse des bois est aussi sensible à ces deux facteurs climatiques, cela est dû à son mode d’alimentation. Son régime est principalement constitué de lombrics ou invertébrés du sol qu’elle saisit dans l’humus à l’aide de son long bec (oiseau humicole). Au cours de la journée, l’oiseau peut s’alimenter lorsque le milieu le permet (bois humides…), mais la phase nocturne est primordiale pour que les bécasses trouvent les lombrics indispensables à un apport énergétique suffisant. C’est donc préférentiellement sur les prairies naturelles pâturées que l’espèce choisira sa remise nocturne. Le contexte landais ne procure pas toujours les conditions idéales pour l’hivernage de l’espèce. En zone forestière, la disparition de l’élevage bovin a entraîné la raréfaction des remises nocturnes. Les oiseaux semblent s’être reportés sur les cultures de maïs, notamment le maïs doux lorsque le sol est assez riche en invertébrés. Inversement, en zone agricole la faible superficie des remises boisées limite les potentialités d’hivernage.

Toutefois, les vastes étendues qui caractérisent le département permettent probablement à un contingent non négligeable de bécasses de pouvoir hiverner pendant plusieurs années de suite. Le baguage, pratiqué en zone forestière, tendrait à le montrer tant par le nombre de bécasses contactées que par la durée du port de bague (souvent > 1 an). Les réserves de chasse et de faune sauvage doivent jouer un rôle non négligeable sur le stationnement hivernal. Il serait intéressant de vérifier la capacité des 75 000 ha de réserves.