Continuer les achats

Accédez à mon panier

Addi chasse en pays Landais

* Champ obligatoire

Permis de chasse

Obtenir ma validation

Livre d'or

Aproche à Parentis en Born

L'ACCA de Parentis en Born ...

approche du chevreuil à Vielle-StGirons

Je garde de très bons souve...

lièvre

Le lièvre appartient à la famille des léporidés. Animal essentiellement nocturne, il passe la plus grande partie du jour au repos dans un gîte. Il est sédentaire. Entre février et septembre, les femelles adultes ont en moyenne 5 portées comprenant chacune de 1 à 3 levrauts. Les jeunes sont autonomes après quatre semaines d’allaitement. 50 à 80% des hases tuées à la chasse durant la deuxième quinzaine de septembre ont des levrauts non totalement sevrés (Bulletin mensuel de l’ONCFS spécial lièvre – n° 204 –Octobre 1995). Originaire des zones de savanes et de steppes, le lièvre affectionne les paysages dégagés, peu boisés, couverts par des formations herbeuses (prairies naturelles ou champs de céréales). L’espèce s’adapte cependant à une grande variété de milieux ouverts (marais secs, vignobles, landes, bordures forestières). Le lièvre mange avant tout des graminées, qu’il accompagne de nombreuses plantes herbacées, sauvages ou cultivées.Il consomme aussi des fruits, des racines ou des pousses d’arbres et d’arbustes.
Dans les Landes, l’espèce est présente presque partout avec des densités très variables mais qui restent globalement assez faibles.
La forêt de pin maritime représente environ 60% du département. Dans cette zone, malgré des taux de boisement élevés, l’espèce est présente car la forêt cultivée est très ouverte (environ 12% de la surface forestière est coupée tous les ans). De plus, la forêt est régulièrement débroussaillée tout comme les pistes et les chemins pour lutter contre les incendies. Le lièvre est d’ailleurs présent sur les zones forestières incendiées, en outre il tire profit des grandes ouvertures agricoles diversifiées et donc des jachères. L’espèce est présente en zone forestière avec des densités assez faibles mais la grande taille des communes (plus de 5 000 ha) fait que sur l’ensemble de la zone le nombre d’animaux peut être important.

Dans le tiers sud du département (zone agricole) avec un taux de boisement très faible, le milieu est plus favorable à l’espèce. Cependant dans ce secteur, la présence du lièvre est très contrastée:

  • quasi absent ou en densité très faible en Chalosse
  • localement bien représenté dans le Tursan
  • uniformément bien représenté dans la Zone Intermédiaire.

 

 

 

Les remembrements agricoles des années 70/80 ayant fragilisé l’état des populations, la pression de chasse, devenue trop importante, a participé à l’extinction de la souche sauvage. De plus, les communes sont plus petites, plus peuplées et la densité des routes est plus forte que dans la zone forestière. 

Malgré cela, ces dernières années, les comptages et les diverses observations de terrain font état d’une remontée de l’espèce dans certains secteurs.
Les dégâts agricoles et sylvicoles sont anecdotiques.